Andranik Ozanian est un heros arménien le plus célèbre.Pourquoi les Arméniens le cherient et le rappellent si souvent ? Parce qu’il était un homme brave qui luttait contre la violance de l’Empire ottoman.Il faut noter qu’il ne voulait que defendre la liberté de sa peuple dont les bandits ottomans ont exterminé sans remord.Les luttes qu’il a mené sont restées dans la memoire des Arméniens comme de bons exemples patriotiques d’un homme qui a consacré sa vie à l’avenir radieux d’un peuple inocent.
Nous avous mis sur cette page l’artice de Leon Ozanian pour pouvoir mieux vous transmettre la fierté et la douleur que chaque Arménien sent en prononsant le nom "Andranik".
Resposable de page : Arménak Margarian


Andranik,héros nationnal né à Chabin Karahissar,Asie Mineure (1866-1927).
Ce nom occupe une place importante dans l'histoire de la nation arménienne.Chacun le connait et le chérit: ANDRANIK. Ce nom est celui que prononce un peuple pour ne pas courber l'échine.
Ainsi que bon nombre de patriotes arménienne, Andranik naitra au sein d'une famille pauvre à Chapin Karahissar, le 25 février 1866. Chacun avait remarqué des son jeune age son caractère révolté, mais aussi l'attention qu'il portait a tout ce que l'on disait devant lui, il était un garcon réfléchi.Dans les jeus avec ses camarades, on le désignait toujours pour Chef, il manifestait une certaine volonté pour diriger,commander et organiser.

Au début des années 1890, on le remarque déjà parmi les partisans révolutionnaires arméniens.Un ecclésiastique nommé Vramchabouh de Chabin Karahissar commanda le groupe ou il se trouvait. Cet homme d'église deviendra Eveque à Paris jusqu'en 1941.

Comme cela est arrivé à des nombrieuses reprises, il sera dénoncé et arreté. Les
autorités ottomanes l'emprisonneront, il réussira cependant à prendre la fuite et se réfugiera dans la capitale de l'Empire.Il passe au Caucase avec la ferme intention de se joindre a un groupe de fédais allant au pays.

1897, avec les partisans de Vaskene, il va à Van, de là il rejoint le Daron. Dans cette région, plusieurs années Durant comme simple fédai, il combat sous les orders de Serop. Il luttera également en compagnie des fédais de Kourkene à maintes reprises. Ainsi il prendra part au célèbre combat du Couvent des Saints Apotres (Sourp Arakelotz Vank); il sera aussi l’homme qui exécutera Khalil, assassin de Serop Aghpur.

Le nom d’Andranik ne deviendra réellement célèbre qu’à partir de 1904, lorsqu’il sera désigné par ses compagnons comme responsible de l’organisation de la lutte de libération dans la région de Sassoun.En sa compagnie on remarquait d’autres fédais, célèbres comme Mourad de Sivas, Kevork Tchavouch, Sebouh, Gaydzak Arakel, Seydo Boghos et d’autres camarades dont les noms sont aujourd’hui oubliés.

Ce ne sera pas à la légère que l’on donnera à Andranik une telle responsabilité.Ses camarades jugeront ses capacitiés d’organisation et de chef , avant de lui conférer ce commandement supreme.Andranik était né militaire, il en avait le sens profond dans le sang et l’ame. Les combats partisans l’avaient révélé à lui-meme et aux autres. Ceux qui le renconrteront à cette époque diront qu’il était sans peur et réfléchi dans l’action, qu’il prenait des initiatives et possédait une volonté de fer, ainsi qu’un grand sang froid dans le feu du combat.Toutes ces capacitiés faisait de lui un grand chef de partisans que ses adversaries craignaient a juste titre.

Durant les combats qui marquèrent l’insurrection du Sassoun, beaucoup de partisans qui n’osèrent pas aller se joindre aux forces d’Andranik eurent la vie sauve, uniquement grace aux décisions prises par ce dernier: il réussira à briser l’encerclement des forces ottomans, et pourr ainsi rejoinder l’Ile d’Aghtamar ou tous trouveront refuge et combattront l’armée turque. Puis trompant la vigilance de l’ennemi, gagneront Van grace à des barques, et passeront en Perse et au Caucase.

Les combats du Sassoun influèrent énormément sur l’esprit des masses arméniennes. Partout retentissait le nom d’Andranik, il était en quelque sorte le flambeau de la révolution arménienne. Tous les jeunes brulaient du désir de le rejoinder, de lui ressembler.Andranik était un example à suivre.
On baptisera Antranik nobre de nouveaux nés. Du Caucase, Andranik se rendit à l’étranger, il demeura un temps à Geneve, en Egypte, en Bulgarie.

Lors de son séjour en Suisse, il dectera ses mémoires. Alors qu’il séjourne en Bulgarie (Plovdiv), il rédige un brochure consacrée à l’action révolutionnaire (Mardakan Herahankner).

La proclamation de la Constitution Ottomane ne satisfait pas Andranik qui ne réussit pas a croire en la sincérité des responsables turcs, ni en leur volonté de procéder à des réformes.
Après un court séjour a Constantinople, il retourne en Bugarie. Durant la guerre des Balkans, il organisera un groupe de volontaires et prendra part aux combats dans les rangs bulgares contre les forces torques. En 1914, la première guerre mondiale est declarée. Andranik apporte sa contribution a l’organisation de Volontaires Armeniens.Il en prendra le commandement et sur le front peran, prendra part aux combats de Dilman avec succès, mettant en déroute les forces de Khalil Pacha qui effectuaient leur retraite.

Les événements tragiques de 1915 toucheront Andranik au plus profond de son ame.A certains moments, écrivent ceux qui l’ont connu, “il en perdait la raison”. Son amour de la patrie armenienne contribuera a le sauver.

Quelques temps après, Andranik se remet à la tache, il s’occupera des questions concernant la défense de l’Arménie occidentale. Assuremant les functions de général, il se rendit sur le front et lutta contre les forces torques. Cependant après l’échec de la défense d’Erzouroum, il se replia avec ses troupes vers le Caucase, passa en Perse espérant en vain se joindre aux troupes britanniques.Il revient au Zaguezour et le défend jusqu’à l’arrivée des bitanniques.Ces derniers le contraindront à rentrer à Etchmiadzine; il y abandonne ses homes, remet armes et munitions au Catholicos et estimant qu’il ne pouvait demeurer en Arménie, quitte le pays et s’installe aux Etats-Unis en Californie ou il ferma les yeux le 31 aout 1927.
Ses dernières paroles furent

“je n’ai pas pu achever ma tache”.



Il participe a la guerre des Balkans et obtient le grade de Général de Brigade. Cinq ans plus tard le Haut Commendement du front Du Caucase l’élève au grade de Major Général.

Profondément décu par la politique des puissances de l’entente envers le people arménien, il quitte l’Arménie pour s’installer définitivement aux U.S.A ou il décède le 31 aout 1927. Son corps repose au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Leon Ozanian



(LA DEPOUILLE DU GENERAL ANTRANIK EN ARMRNIE
Erevan le 19 février 2000-Armenews-Le corps du général Antranik Ozanian, héros de la résistance arménienne face à l'armée turque dans les années vingt, est arrivé à Erevan dans la nuit de jeudi à vendredi. Décédé en 1927 aux Etats-Unis, il était enterré au cimetière du Père Lachaise depuis 1928. Son inhumation sera retransmise en direct, demain dimanche, par la Télévision Nationale arménienne "Armenia TV".)


Autres liens pour en savoir plus
en anglais Andranik Pasha
en francais Sépulture au Père-Lachaise
en fr.Andranik Toros Ozanian
en ang.GENERAL ANDRANIK


[nous contacter->mailto: armenie@cooperation.net]